© Ronan Le Mener

 

La meilleure défense… c’est la protection !

Le Houx est bien connu pour ces feuilles piquantes, mais il possède également des feuilles non piquantes. Alors que ces dernières se rencontrent surtout au sommet de l’arbre, les feuilles piquantes sont portées par les branches basses et les rejets. C’est une façon de se protéger contre les herbivores qui pourraient les consommer.

 

La belle de Noël

Chez le Houx, les sexes sont séparés. On trouve donc des arbres mâles et des arbres femelles. Après fécondation, les fruits rouges n’apparaissent que sur les pieds femelles.

 

Anti-lutins

Impossible de penser au Houx sans penser à Noël ! D’après les légendes celtes, les elfes et les fées se cachent dans les branches du Houx. En plaçant une couronne de Houx à l’entrée de la maison, on se protège ainsi des lutins.

 

De multiples usages

Servant aujourd’hui d’élément décoratif, le Houx avait autrefois d’autres utilités. On s’en servait en bouquets pour ramoner les cheminées. Le bois était utilisé pour la fabrication des pièces blanches des jeux d’échecs et servait aussi à confectionner les manches de divers outils.

 

Roi du cinéma

La traduction littérale de « Hollywood », haut lieu du cinéma, est « bois de Houx ». Au XIXe siècle, ce quartier de Los Angeles était en effet couvert de ces nombreux arbustes.

 

Et en Côtes d’Armor ?

Le Houx est commun dans l’ensemble des Côtes d’Armor. Caractéristique des sous-bois des forêts de chêne et hêtre (chênaies-hêtraies), il est très fréquent sur les vieux talus boisés.

 

N’hésitez à nous transmettre vos observations.

Plus d’informations sur la flore.

Share This