Mouette ou Goéland ?

Le premier critère pour distinguer la Mouette rieuse du Goéland argenté est la taille. Élégante, la Mouette rieuse mesure 1 m d’envergure, contre environ 1,50 m chez le Goéland argenté. Le second critère est la couleur des pattes et du bec : tous deux rouges foncés chez la Mouette rieuse, roses pour les pattes et jaune pour le bec chez le Goéland argenté. Enfin, en période de reproduction, seule la Mouette se pare d’un capuchon noir sur la tête.

 

Pourquoi « rieuse » ?

Tout simplement parce que ses cris rauques et perçants font penser à des ricanements.

 

Un oiseau marin, pas si sûr…

Durant l’été, elle niche en eau douce aux abords des étangs, marais et lagunes.

 

Un menu entre terre et mer

La Mouette rieuse est un oiseau omnivore qui profite de ce qu’elle trouve pour se nourrir. Dans les terres, elle suit les charrues pour manger les vers et autres invertébrés mis à découvert. En mer, elle accompagne parfois les bateaux de pêche et plonge pour attraper les poissons rejetés à l’eau.

 

Attention, ça va barder !

Au printemps, le mâle défend vigoureusement son espace au sein de la colonie à l’aide de postures spécifiques. Celles-ci visent tout simplement à dissuader les congénères de venir chez lui !

 

Et en Côtes d’Armor ?

La Mouette rieuse est une migratrice et une hivernante très commune sur l’ensemble du département. Bien qu’elle ne niche pas en Côtes d’Armor, elle est visible toute l’année, même si les mois d’avril et mai sont plus pauvres en observations.

 

N’hésitez à nous transmettre vos observations.

Plus d’informations sur les oiseaux.

 

La diffusion des actualités du Réseau des naturalistes costarmoricains est soutenue par la Région Bretagne et le dispositif du Service Civique (Ministère de l’Éducation Nationale).

Share This