© Yannick CHEREL

 

La meule de moulin

Le Poisson lune est également appelé Môle. Issu du grec Mola qui signifie meule, ce nom décrit bien l’apparence générale de ce très gros poisson.

 

Une croissance vertigineuse

Le Poisson lune peut atteindre une longueur de trois mètres et peser quelques tonnes : incroyable croissance, comparée à la taille de ses œufs qui n’excède pas les 0,2 mm !

 

Pépère tranquille

Dépourvu d’une queue lui permettant une nage rapide, elle lui sert toutefois de gouvernail. Notre poisson n’est donc pas le roi du sprint avec une vitesse moyenne de 2,5 km/h.

 

Régime mou

Le Môle se nourrit essentiellement de méduses qu’il trouve des profondeurs à la surface de l’eau. Mais il peut également se laisser tenter par quelques petits poissons, calmars ou crustacés.

 

Station de nettoyage

De nombreux parasites colonisent l’épiderme de notre poisson. Pour s’en débarrasser, il retourne régulièrement dans des zones riches en petits poissons qui viendront consommer les intrus.

 

Bain de soleil

Le Poisson lune est souvent surpris flottant sur le côté à la surface de l’eau. Cette position, digne de la chaise longue, pourrait lui permettre de faire le plein de soleil, mais aussi inviter les oiseaux marins à venir l’épouiller.

 

Et en Côtes d’Armor ?

Même si les observations sont plutôt rares, le Poisson lune peut être contacté sur l’ensemble du littoral des Côtes d’Armor. Les ornithologues équipés de longue-vue le détectent au mouvement de sa nageoire, mais ce sont souvent les plaisanciers qui font les plus belles rencontres.

 

N’hésitez à nous transmettre vos observations.

Plus d’informations sur les poissons.

 

La diffusion des actualités du Réseau des naturalistes costarmoricains est soutenue par la Région Bretagne et le dispositif du Service Civique (Ministère de l’Éducation Nationale).

Share This